"Mon artiste préféré français en ce moment est un type dont personne n’a jamais entendu parler parce que son travail est très dérangeant. Il s’appelle David Sourdrille. Une des raisons pour laquelle je l’aime bien c’est qu’il a une sensibilité envers les femmes similaire à la mienne. Il dessine des belles femmes, qui ont des formes, voluptueuses. Dans ses BD, il est très obsédé par les femmes et il se dessine comme un loser sans attraits, un petit gars moche. Toutes ses BD sont là-dessus. C’est un artiste brillant. Il n’est pas apprécié à sa juste mesure en France.”
Robert Crumb, Les Inrocks, 25 avril 2012

Qui mieux que le maître incontesté de l'autobiographie pour parler de notre érotomaniaque préféré ?
Dans cette compilation non exhaustive de contes scabreux, Sourdrille décline ses phantasmes avec une maestria de loufoquerie qui n'a rien à envier à Windsor Mac Kay, Walt Disney, Le Prisonnier ou La 4 ème Dimension... Toute une veine romanesque où l'imagination et les érections sont au beau fixe et où son dessin d'un noir et blanc acéré rappelle les maîtres du genre : Buzzelli, Magnus et bien sûr Crumb.
Reste à l'intrépide Monsieur Sourdrille à créer son  propre univers, à la fois encré dans un quotidien des plus banal, où le moindre détail sert à transformer ses troubles érotiques en phantasmes tordus.

 

L'auteur : David Sourdrille est né dans les années 1970. En 2000, il fait de temps à autre le grand saut dans notre belle capitale afin de devenir illustrateur. C’est à cette période qu’il pousse les portes du modeste local de l’Écho des Savanes afin de suggérer des illustrations. À sa grande surprise, il se voit proposer de réaliser des planches de bandes dessinées.
Ce n’est qu’un an plus tard que Sourdrille publiera ses premières planches au Psikopat. Durant cette période qui ira jusqu’en 2005, Sourdrille mènera de front deux activités : la première en tant qu’illustrateur pour la presse écrite et la seconde comme auteur de bandes dessinées dans divers magazines consacrés au neuvième art. À cette époque, Sourdrille sort deux albums édités par Les Requins Marteaux. Hélas, si l’art est satisfaisant, les bourses sont vides et David Sourdrille reprend le chemin boueux et nauséabond des petits boulots. Tour à tour, Sourdrille deveint réceptionniste de nuit dans un hôtel, pompiste, agent de nettoyage de rotatives d’imprimerie puis enfin, et toujours à l’heure actuelle, surveillant de nuit dans un foyer d’hébergement pour déficients intellectuels.
Sourdrille publie à compte d'auteur des ouvrages et des sérigraphies à , sa maison d’édition basée à Rennes, spécialisée dans la production d’ouvrages dessinés pornographiques et érotiques. Après avoir publié un calendrier en 2009, La Rouquine revient en 2012, avec cette fois un magazine collectif intitulé Bonheur.